ile,maurice,kaya,topize,racinetatane,ratsitatane,ratsitatanina
ilemauricekaya

mars 2001
kaya,racinetatane,sega,reggae,seggae,ile maurice
Retour presse...
sega,reggae,seggae
ilemauricekaya
le 1er janvierv 2017
L'animateur radio Nitin Chinien
allègue avoir été battu par la police

Le Mauricien le 14 juin 2007

nitin chinien album ou le tou
Nitin Chinien

photo 2006

"Mo pa kompran kifer mwa ? "
Les mots reviennent sur les lèvres de ce frêle jeune homme de 26 ans qui pèse 48 kilos et mesure environ 1m 70.
" Dokter dir mwa mo underweight pou mo longuer ", dit-il, essayant de chasser le traumatisme de l'expérience
qu'il dit avoir vécue, hier mercredi 13 juin 2007.
Fils du regretté Siven Chinien, artiste phare des années 70,
Nitin Chinien est animateur radio à la MBC de l'émission musical Bouz are nou bann zil.
Parallèlement, il a suivi les traces de son père et est auteur de quelques albums,
le dernier en date, Ou le tou, est sorti en 2006.
Le jeune homme ne revient pas de l'affreuse expérience qu'il a vécue hier. Il raconte :
" J'avais fini mon émission, à la MBC, et j'étais à la gare Ian Palach.
J'attendais le bus de 15h30 pour Port-Louis, place de l'Immigration.
Il devait y avoir plus de 200 étudiants, vu que c'était la sortie des classes. "
Nitin Chinien explique qu'il a été surpris de voir s'arrêter, pile devant moi, une voiture blanche banalisée,
avec un chauffeur et deux hommes à l'arrière. "Le chauffeur m'a menacé du doigt et je l'ai entendu dire :
Al pran li zot vini. Les deux hommes sont venus vers moi et m'ont décliné leur identité,
me montrant leurs cartes de policiers. Ils m'ont dit que c'était un examen de routine
et qu'ils souhaitaient fouiller mes affaires. J'avais sur moi mon matériel de travail,
à savoir une mallette contenant environ 800 CD et mes écouteurs."
Suivant les instructions des officiers, l'animateur dit avoir obtempéré.

" Monn assiz lor mo de lipie ek monn ouver mo valiz.
Monn dir zot : "gran frer, mo zoutil travay, sa Mo animater radio mwa."
Bann dimoun lor lagar finn koumans atroupe otour mwa. Là, j'ai compris que j'avais commis une énorme erreur.
J'ai entendu le chauffeur de la voiture dire aux autres hommes : "Pran li, amenn li biro."
Je me suis alors présenté, leur disant que je suis Nitin Chinien, animateur à la MBC.
Puis, je leur ai dit que, selon les Droits de l'Homme, je voulais savoir pour quelle raison
ils allaient m'emmener au poste de police. J'ai tout de suite compris que j'avais commis une nouvelle faute.
Immédiatement, le chauffeur de la voiture a lancé en ma direction :
"To pa deklar mari ek la polis ek koz droi de lom ! "
Sur ce, le jeune homme explique qu'il a été " brutalement poussé dans la voiture.
" Cela s'est passé devant toute la foule présente et parmi les jeunes qui étaient là, bon nombre m'ont reconnu.
Zot trap mwa par mo pantalon ek pouss mwa kouma enn zanimo dan loto la. "
A peine la voiture ayant démarré, poursuit-il, " j'ai dit aux policiers de me laisser partir
et qu'ils devaient sûrement commettre une erreur. A peine ai-je prononcé ces paroles
que le chauffeur a freiné brutalement la voiture, il a enlevé sa ceinture de sécurité,
s'est tourné vers moi et m'a donné un grand coup de poing à la figure.
J'étais assis entre les deux officiers sur la banquette arrière. "

Nitin Chinien ne peut contenir les tremblements qui le secouent perpétuellement.
Et quand il tente de s'asseoir, une douleur lancinante allant du bas du dos jusqu'à la tête
lui ramène ces terribles souvenirs. " Quand je me suis réveillé, ce matin, je me suis dit
que ce n'était qu'un cauchemar que j'avais fait ", confie-t-il, le regard franc et les traits tirés.
" Mais les vives douleurs m'ont vite rappelé la triste réalité…
Tous les coups, les injures me sont revenus d'un coup.
C'est horrible. Pourquoi moi ? Que leur ai-je fait ? "

ile maurice kaya pompon oly seggae
" Finir comme Kaya "
Le chanteur poursuit son récit :
" Durant le trajet, le chauffeur voulait me frapper à coups d'une matraque en bois
qui se trouvait dans la voiture. Mais l'un des officiers lui a dit : Pa fer vilin lor sime.
Nou amenn li biro, nou organiz li. Là, j'ai su que quelque chose de terrible allait m'arriver.
" Conduit " au bureau du CID de Curepipe, au 1er étage du poste de police qui se trouve près du collège Royal de Curepipe,
c'est à coups de pieds que le chauffeur m'a fait monter les escaliers. " L'artiste raconte comment, à son arrivée,
"les autres officiers m'ont traité de rasta, parce que je porte un bonnet, qu'ils m'ont enlevé d'une gifle sur la tête. "
Le jeune homme a alors été encore frappé à la figure plusieurs fois. "Le chauffeur m'a plaqué à terre, face contre le sol,
son pied contre ma nuque et appuyant contre ma colonne vertébrale. Un autre est venu me donner des coups
à l'aide de ma mallette de CD.
Entretemps, raconte-il, " une dizaine d'autres officiers, hommes et deux femmes, parmi,
sont venus et m'ont aussi giflé et proféré des injures ; ils riaient en me regardant." Nitin Chinien dit avoir
perdu connaissance à deux reprises. "
En reprenant mes esprits, j'ai réalisé à quel point j'étais humilié.
Ce sentiment est davantage ressenti quand le policier qui conduisait la voiture m'a dit, prenant son portable :
To animater twa ? Ale, anime aster. Il a alors fait jouer la chanson mersi mama de NasT Black sur son téléphone
et j'ai du faire l'animation. Ensuite, il a mis une chanson de Bruno Mooken, mais là, je n'en pouvais plus
Et il m'a encore frappé. Sentant ma dernière heure venue, je voyais que j'allais finir battu à mort comme Kaya ",
Nitin Chinien pense même au suicide. " Il y avait une fenêtre ouverte et j'ai voulu me jeter dans le vide.

Mais je me suis repris. "

Il explique alors aux policiers qu'il a rendez-vous à Port-Louis et
" monne siplie zot less mo ale. Enn vie polisie ine dir mwa si mo aksepte signe liv la polis
et pa dir narien seki finn ariv mwa, zot pou less mwa ale. "
Finalement, après quelques minutes, le jeune homme, à qui est
" refusé le droit de lire ce que le policier a écrit dans le livre de la police ",
retrouve la liberté.

Une " Chute "
Se rendant à l'hopital Candos, hier soir, sa compagne, Joëlle raconte que
" le médecin qui l'a examiné là-bas, après que Nitin ait dit que c'était un cas de police assault,
a mis comme diagnostic que Nitin était tombé et s'était fait ces blessures."

Ce matin, le jeune homme s'est rendu au Complaints Investigation Bureau (CIB) de Rose-Hill
où il a consigné une déposition à l'effet qu'il a été battu, la veille.
" Mon avocat, Me Kishore Pertab, m'a conseillé de me faire examiner par un médecin légiste du privé,
en l'occurence le Dr Amah Charya Gujjalu, et de ne pas consigner une enquête détaillée à ce stade,
parce que je ne suis pas physiquement en état de le faire. "
Après examen, le Dr Gujjalu lui a prescrit des anti-inflammatoires et des antidouleur,
" parce que c'est clair que cet homme a été frappé sur le corps et le visage ",
a-t-il déclaré au Mauricien, à la mi-journée.

PPO :
" Nous regrettons ce qui s'est passé "

A l'issue du témoignage de Nitin Chinien sur Radio One, à la mi-journée,
Finlay Salesse, animateur à l'antenne à ce moment-là,
devait solliciter une réaction de la part du Police Press Office (PPO).
Selon ce que lut l'animateur à l'antenne,
le contenu du communiqué était ainsiformulé :
" La police regrette ce qui s'est passé. "
L'animateur procéda alors à une analyse de texte.
"Et j'ai expliqué que si la police regrette ce qui s'est passé,
c'est qu'elle confirme qu'il s'est passé quelque chose.
Il est clair, comme le relèvent d'autres personnes, que
c'est un aveu de la part de la police qu'il y a eu
acte de brutalité sur la personne concernée ".

ile maurice kaya pompon oly seggae
liens Brutalités policières 01
liens Brutalités policières 02
liens Brutalités policières 03
liens Brutalités policières 04
liens Brutalités policières 05
liens Brutalités policières 06
liens Brutalités policières 07
liens Brutalités policières 08
liens Brutalités policières 09
liens Brutalités policières 10
liens aticles Amnesty International11

ilemauricekaya,racinetatane,kaya,ratsitatane
http://ilemauricekaya.free.fr

le 1er janvier 2017

mis en ligne le 20 juin 2007