ile,maurice,kaya,topize,racinetatane,ratsitatane,ratsitatanina
ilemauricekaya

mars 2001
kaya,racinetatane,sega,reggae,seggae,ile maurice
Retour presse...
sega,reggae,seggae
ilemauricekaya
le 1er janvier 2017

L’ACP DASS JOGANAH EN COUR :
“Je n’ai jamais donné l’ordre
de tirer sur Berger Agathe”

L'express Dimanche 13 février 2005 - No. 15333


Février 1999. A Roche-Bois,
la foule lance des cocktails Molotov
vers les policiers anti-émeute "qui tirent sur l’asphalte”.
Berger Agathe s’écroule.
Sa famille réclame Rs 10 m de dommages à l’Etat.

La foule surexcitée n’hésite pas à affronter
les forces de l’ordre lors des émeutes de février 99.
Le drame est inévitable à Roche-Bois.

L’agitation sociale qui a marqué le pays, et plus particulièrement Roche-Bois,
après la mort du chanteur Kaya a été racontée hier par plusieurs témoins en Cour suprême.
C’était dans le cadre du procès intenté par les frères de Berger Agathe,
tué par balle le 22 février 1999 à Roche-Bois.
La famille du chanteur réclame des dommages de Rs 10 millions à l’Etat.

L’assistant commissaire de police (ACP) Dass Joganah
qui était en charge de la Special Supporting Unit (SSU) est catégorique.
“J’ai donné l’ordre à mes hommes de tirer sur l’asphalte
pour disperser une foule hostile au rond-point du port franc.
Je n’ai jamais donné l’ordre de tirer sur Berger Agathe ou sur la foule.
D’ailleurs, je ne connais pas Berger Agathe”,
a-t-il soutenu devant le juge Paul Lam Shang Leen qui préside ce procès.

Le 22 février 1999, soit le lendemain de la mort du chanteur Kaya,
toute la région de Roche-Bois est en ébullition.
L’ACP Dass Joganah se rend dans la région à huit heures pour relever son collègue Nujeebun.
Celui-ci l’informe que la situation est incontrôlable.
Environ 500 personnes avaient envahi le rond point de Roche-Bois.

Les membres de la SSU, sous la direction de l’ACP Joganah, réussissent à disperser la foule.
Particulière-ment hostiles, les manifestants scandent des slogans du genre
“la police fine touye Kaya, nou bisin touye la police”, raconte l’officier de police.
La foule se rassemble au rond-point du port franc. Elle est surexcitée.

Il est 10 h 07 quand les membres de la SSU y prennent position.
Das Joganah demande aux personnes présentes de se disperser.
Sans succès. La foule grossit à vue d’œil pour atteindre bientôt un millier de personnes.
Les manifestants endommagent tout sur leur passage.

L’ACP Joganah ordonne à ses hommes de tirer du gaz lacrymogène sur la foule.
Au lieu de se disperser, les manifestants deviennent encore plus violents
et lancent des pierres et des cocktails Molotov sur les policiers.
L’ACP raconte comment les émeutiers plaçaient des enfants et des femmes devant eux comme bouclier humain.
Ils se protégeaient également à l’aide de feuilles de tôle pour affronter les policiers.
Au cours de l’affrontement, un policier est atteint d’un cocktail Molotov.

Devant la tournure des événements,
l’ACP Joganah donne l’ordre aux forces anti-émeute d’ouvrir le feu.
Mais il recommande à ses hommes de tirer sur l’asphalte et non directement sur la foule.
Sinon de nombreuses personnes auraient trouvé la mort ou auraient été blessées, affirme-t-il.

L’officier de police explique qu’il n’avait d’autre choix que d’ordonner à ses hommes
de tirer sur l’asphalte pour disperser la foule déchaînée.
L’homme gardera un mauvais souvenir d’avoir été suspendu à 1 h 30 du matin,
et cela 72 heures durant, pour la décision qu’il aura prise.

Les policiers Paukoorchand, Judex Thèrese et Narain Reddy qui étaient armés ce jour-là,
relatent ensuite en cour comment ils ont reçu l’ordre, ce jour-là, de tirer pour disperser la foule hostile.
Selon leurs témoignages, la foule scandait : “la police criminelle, zotte fine touye Kaya.”
Les trois affirment qu’une distance de 75 mètres les séparait des émeutiers
et qu’ils ont tiré sur l’asphalte et non sur la foule qui avançait vers eux.

Touché au coeur

Le Dr Satish Boolell, médecin légiste,
a indiqué avoir extrait 62 projectiles du cadavre de Berger Agathe après autopsie.
Ces projectiles ont pénétré principalement dans l’abdomen et l’estomac du chanteur.
Le médecin estime à 44 mètres la distance à laquelle ont été tirés lesdits projectiles.
Le cœur de Berger Agathe, précise-t-il, a été également perforé.

Répondant à une question de Me Johanne Moutou-Leckning, Principal State Counsel,
le témoin a déclaré que le taux de l’alcool dans le sang de Berger Agathe était de 298 mg.
Cela équivaut environ à deux tiers d’une bouteille d’alcool.

Le Deputy Commissioner of Police Jean Bruneau a par ailleurs témoigné
qu’il était en charge de la région nord du pays.
Après la mort du chanteur Kaya, dit-il, des troubles ont éclaté à travers le pays, plus particulièrement à Roche-Bois.
La situation était devenue incontrôlable :
des personnes lançaient des cocktails Molotov et des pierres,
les routes étaient complètement obstruées et la circulation impraticable.

Mario Flore a relaté en cour que la police avait agi brutalement envers les gens de Roche-Bois.
Il dit avoir pris contact avec le président de la République, le Premier ministre et le commissaire de police de l’époque
pour tenter de calmer les esprits.

La police, affirme-t-il, a tiré sur des personnes qui étaient à un arrêt d’autobus.
Parmi elles, se trouvait Berger Agathe :
“Mo fine trouve Berger Agathe gagne cout balle. Mo ti amène li l’hôpital.
Mo fine trouve la police tire lors la foule”, raconte-t-il.
Les frères Agathe sont représentés par Me Dick Ng Sui Wa.
par Suresh MOORLAH

liens Berger Agathe 01
liens Berger Agathe 02
liens Berger Agathe 03
liens Berger Agathe 04
liens Berger Agathe 05
liens Berger Agathe 06
liens Berger Agathe 07
liens Berger Agathe 08
liens Berger Agathe 09

sega reggae seggae
http://ilemauricekaya.free.fr

le 1er janvier 2017

mis en ligne le 21 février 2005